Soutenance de thèse : Emilande Apchain

Nous avons le plaisir de vous annoncer qu'Emilande Apchain, doctorante du LabEx Patrima inscrite à l'Université de Cergy-Pontoise soutiendra ses travaux le vendredi 24 mai à 14H (C2RMF - Amphithéatre Palissy*).

Sa thèse initiée en 2014 est intitulée « Apport des traitements carboxylates à la protection des alliages cuivreux » .

*En raison du plan vigipirate alerte attentats, les mesures de sécurité sont renforcées et les entrées au C2RMF sont interdites à toute personne non inscrite. Je vous remercie donc de bien vouloir m'indiquer votre venue au plus vite (emilande.apchain@cea.fr). Merci pour votre compréhension

 

Résumé des travaux :

En milieu extérieur les objets en cuivre et alliages cuivreux subissent des altérations qui entrainent des modifications physiques et esthétiques de l’œuvre. Pour limiter ces dégradations il convient de réduire les interactions entre la couche de corrosion et son environnement d’exposition en appliquant un traitement de protection. Ce travail de thèse propose d’étudier deux types de traitements de protection : une cire microcristalline (cire Cosmolloïd) et des solutions de décanoate (NaC10 et HC10). Pour cette étude des échantillons « modèles » en cuivre naturellement corrodés ont été utilisés afin de développer une méthodologie analytique visant à étudier le mode d’action et la pénétration des deux types de traitement de protection appliqués sur des couches de corrosion. Grâce à cette méthodologie il a été observé que bien que l’action en surface varie en fonction de la nature du traitement, la pénétration quant à elle semble dépendre essentiellement de son mode d’application.

Un travail de remise en corrosion des échantillons traités a également été mené en conditions d’immersion et en corrosion atmosphérique sous cyclage d’humidité relative, à l’aide de traceurs isotopiques (D2O et 18O), afin d’évaluer qualitativement et de comparer l’efficacité des différents traitements de protection. Des dégradations sous UVB et lixiviation des traitements ont également permis d’étudier la tenue des traitements dans des conditions d’exposition extérieure. La détection des traceurs isotopiques dans les couches de corrosion par ToF-SIMS et analyses NRA, a mis en évidence des efficacités équivalentes pour les deux traitements.  Elles ont en revanche également révélé des différences de tenues face à différentes sollicitations. Tandis que la cire microcristalline se dégrade rapidement sous rayonnement UVB par rapport au traitement HC10, le phénomène de lixiviation semble en revanche dégrader plus rapidement un traitement demeuré en surface de la couche de corrosion.

Le jury sera composé de :

  • Régis Bertholon, Haute Ecole Arc, rapporteur
  • François Mirambet, C2RMF, Rapporteur
  • Cristina Chiavari, Université de Bologne, examinatrice
  • Delphine Neff, LAPA, examinatrice
  • Annick Texier, LRMH, Invitée
  • Albert Noumowé, L2MGC, Directeur de thèse
  • Philippe Dillmann, LAPA, Directeur de thèse

 

 

 

Revenir