Description

Conservation Matérielle du Papier de Presse par les PolySiloxanes. Etude des réseaux interpénétrés pour le renforcement et la désacidification des papiers patrimoniaux. (COMPRESSIL)

Nature du projet : thèse

Description

L’acidité du papier est un problème majeur pour la préservation des collections graphiques. Les papiers de presse, généralement de qualité médiocre, sont souvent très acides et fragiles ce qui limite considérablement leur communicabilité. Cependant, dans les collections de bibliothèques, notamment celles de la Bibliothèque Nationale de France, la composition chimique des papiers conservés, et l’état de conservation en résultant, sont largement méconnus par rapport aux papiers de monographies, dont la qualité s’est nettement améliorée au cours du 20e siècle. Ces informations qualitatives et quantitatives sont indispensables afin de décider du type de traitement le plus adéquat pour la stabilisation, à long terme, des collections de presse. Le choix actuel est réduit puisqu’outre la simple désacidification de masse, actuellement appliquée en mode préventif aux collections peu acides, aucune technologie ne permet de renforcer mécaniquement le papier détérioré afin qu’il redevienne manipulable. Ainsi, les collections les plus acides et fragiles ne disposent d’aucun traitement curatif matériel.

tl_files/patrima/projets/images/journaux.JPG

Le projet CoMPresSil se propose donc de mieux caractériser les papiers des collections de presse et de développer une méthodologie de traitement novatrice qui permettra la désacidification et le renforcement simultanés de ces documents afin de proposer une solution complète viable aux documents devenus incommunicables. Pour cela, des réseaux interpénétrés de polysiloxanes à fonctionnalité alcaline, incorporés au papier, seront développés et caractérisés physico-chimiquement à des fins d’optimisation.

Intérêts sociétaux et valorisation

L’application industrielle est un prolongement naturel de ce projet puisque l’objectif est de pouvoir proposer aux institutions patrimoniales une solution de traitement de masse des documents sur papier. Le dépôt d’un brevet peut être envisagé avant la publication des résultats dans des revues internationales à IF ainsi que dans des revues spécialisées pour la conservation.

Au terme de ce projet, il devrait être possible à partir d’une simple analyse et/ou de la date de fabrication d’un papier de presse de pouvoir déterminer si un traitement est nécessaire, à quelle échéance et par quel polymère pour le renforcement. Cette étude en amont permettra donc de planifier au mieux le traitement des papiers que les institutions, comme la BnF, ont dans leurs réserves. Cela devrait engendrer une meilleure gestion de la conservation et donc un gain financier pour les institutions sur le long terme.

Mots-clés

Matières – biochimie – altération – conservation – restauration - media - 20ème siècle - archives

Détails d'organisation

Doctorante : Camille PIOVESAN

Porteur de projet : Anne-Laurence DUPONT, CRCC (centre de recherche sur la conservation des collections) / MNHN

Partenaires : Odile FICHET, LPPI (laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces) / UCP ;  Philippe Vallas, DSC (département de la conservation)/BnF