La patrimonialisation des éphémères (PatrimEph)

Projet

PatrimEph propose d’interroger la place des « éphémères » dans notre patrimoine, à partir d’une définition provisoirement par défaut : ni livres, ni périodiques, les éphémères se présentent sous des formes et des dénominations variées : du pamphlet au tweet en passant par le tract ou l’affiche... Autant de traces, graphiques, imprimées ou numériques, éventuellement illustrées, attachées aux circonstances historiques qui les font naître, et suscitant pourtant des pratiques aléatoires ou méthodiques, individuelles ou collectives de patrimonialisation. Collecte, collection, transmission, acquisition par des institutions : ces opérations conditionnent la constitution de fonds qui lancent concrètement un défi aux conservateurs (comment les conserver, les inventorier ?) et aux chercheurs (quelle valeur et quelle reconnaissance leur accorder à l’heure des choix de corpus d’étude?). PatrimEph entend confronter les points de vue des conservateurs et des chercheurs, mais aussi de trois disciplines (études littéraires, histoire, histoire de l’art) sur des objets fragiles et complexes, à la croisée de la littérature, des arts et de la politique, mais aussi d’une histoire de l’événement et du quotidien. L’étude de leur changement de statut sur une période longue (XVIIIe-XXIe), voudrait attirer l’attention sur le caractère relatif de la notion même de patrimoine et interroger les choix et les dispositifs à travers lesquels se construit notre histoire culturelle.

 

Journées inaugurales : « Les éphémères : objets, corpus, culture ».

17 janvier (Université de Cergy-Pontoise) et 18 janvier (BNF-Richelieu, Salle des Commissions) 2014.

 

tl_files/patrima/docs-actu/conferences/PatrimEph affiche.jpgDeux journées d’études seront organisées les vendredi 17 et samedi 18 janvier 2014 pour lancer le programme de recherche PatrimEph sur la Patrimonialisation des Ephémères (2014-2016). Soutenu par le LabEx Patrima et porté par trois universités (U. de Cergy-Pontoise, U. de Versailles Saint-Quentin, et U. de Bourgogne), PatrimEph propose d’interroger la place des éphémères dans notre patrimoine. Des chercheurs, des conservateurs et des collectionneurs se réuniront pour caractériser positivement ces documents dont la nomination varie selon les points de vue et dont l’extension est en permanente redéfinition, par leur situation en dehors et à la marge du livre ou du périodique, par la diversité de leurs supports, du papier au numérique, et par l’hétérogénéité de leurs formes, éventuellement illustrées : pamphlets, prospectus, tracts, affiches, tweets, menus, faire-part….

PatrimEph a ainsi pour but, à partir de l’étude de fonds ciblés, d’analyser le paradoxe que constituent les processus de patrimonialisation des éphémères (collecte, collection, transmission, acquisition et valorisation par des acteurs privés ou institutionnels), mais aussi d’interpréter le rôle de ces imprimés dans la construction de notre histoire culturelle, celle de l’événement comme du quotidien. À cet effet, il s’agira de mettre en évidence quelques-unes des grandes fonctions des éphémères : politique (dans la formation de l’opinion publique ou la cristallisation du débat polémique), sociale (avec des objectifs informatifs, commerciaux ou relevant d’une sociabilité du quotidien), religieuse (avec la diffusion des marques de piété) ou esthétique (qu’on songe à la place des éphémères dans la vie artistique, littéraire, critique, etc.).

Le programme pluriannuel (2014-2016) de PatrimEph s’ouvrira sur deux journées d’étude inaugurales qui permettront de balayer et de baliser le champ des éphémères, en faisant converger les points de vue de différentes disciplines (histoire, histoire de l’art, études littéraires) et de différents acteurs (chercheurs, collectionneurs, conservateurs), dans une perspective diachronique large (de l’Ancien Régime à aujourd’hui) et comparatiste (avec une dimension européenne). Conçus pour ouvrir la réflexion et favoriser l’échange, des ateliers thématiques seront organisés sur le traitement de l’histoire de quelques fonds caractéristiques, l’état des connaissances à leur sujet, les problèmes théoriques et pratiques posés par leur constitution, leur conservation ou leur exploitation, les perspectives de recherches dont ils sont porteurs.

Comité scientifique

  • L. Andriès (CNRS)
  • O. Belin (UCP)
  • A. Duprat (UCP)
  • F. Ferran (UCP)
  • J.-A. Lambert (Bodleian Library, Oxford)
  • C. Le Bitouzé (BNF)
  • J.-M. Leniaud (Ecole Nationale des Chartres)
  • J.-Y. Mollier (UVSQ)
  • B. Tillier (U. de Bourgogne)
  • Valérie Toureille (UCP).

Programme PatrimEph

  • Journées d’études des 17 et 18 janvier 2014 : « Les éphémères : objets, corpus, culture »
  • Journées d’étude en juin 2014 : « Pratiques et usages des fonds d’éphémères »
  • Colloque international début 2015 : « Les éphémères et l’événement. Invention d’un patrimoine et construction d’une histoire »
  • Colloque international début 2016 : « Patrimonialisation des éphémères. Matérialités et dématérialisation ».

Contacts

florence.ferran@cergy.fr et o.belin@wanadoo.fr 

Détails d'organisation

Porteur du projet: Florence FERRAN (CRTF, UCP)

 

Partenaires:

LDI, UCP (Olivier BELIN)

CICC, UCP (Annie DUPRAT et Valérie TOUREILLE)

UMR5605, Université de Bourgogne (Bertrand TILLIER)

CHCSC, UVSQ (Jean-Yves MOLLIER)