Sélection 2021

Antimoniates de plomb des briques de Khorsabad et de Suse – ABRIKHOS

Post Doctorante :

Emmie BEAUVOIT

Partenaires internes FSP :
Anne BOUQUILLON, C2RMF et IRCP équipe PCMTH

Julien CUNY et Ariane THOMAS, Musée du Louvre
Partenaires extérieurs FSP :
Daniel CAURANT, Odile MAJERUS et Gilles WALLEZ IRCP, Chimie Paristech et IRCP équipe PCMTH

Fanny ALLOTEAU et Stefan RÖHRS, Rathgen-Forschungslabor, Staatliche Museen zu Berlin – Stiftung Preußischer Kulturbesitz
Dans le projet ABRIKHOS on étudie la réactivité des antimoniates de plomb dans une matrice vitreuse afin de retrouver procédés de fabrication et recettes des glaçures jaunes des briques formant les décors architecturaux mésopotamiens.
Entre le XIVe et le IVe s. avant J.-C., de grands ensembles de briques glaçurées ont été produits au Moyen-Orient afin de décorer cités et palais. Ces décors monumentaux présentent un intérêt majeur sur le plan de l’histoire des techniques céramiques, des savoir-faire développés et de leur diffusion dans le monde mésopotamien. Parmi les nombreuses couleurs de ces décors, nous nous focalisons sur toute une gamme de teintes, du jaune citron au rouge-orangé colorées par l’ajout d’antimoniates de plomb. La diversité chimique de ces antimoniates, notamment due aux nombreuses substitutions possibles, est susceptible d’apporter de précieuses informations sur les procédés de fabrication. Une double approche est mise en œuvre : 1) caractérisation multi-échelle des glaçures anciennes provenant de deux corpus de briques conservés au département des Antiquités Orientales du Musée du Louvre, provenant du palais du roi Sargon II à Khorsabad et du palais de Darius Ier à Suse ; 2) étude de verres colorés élaborés en laboratoire à partir des analyses précédentes. Ces échantillons modèles nous permettent de comprendre la réactivité des antimoniates de plomb substitués au fer insérés dans une matrice vitreuse alcaline en fonction de différents paramètres (mélange, température maximale, palier de cuisson). La confrontation des compositions et des microstructures sur les échantillons anciens et de synthèse permet de valider les hypothèses relatives aux recettes et protocoles thermiques appliqués.

Intérêts sociétaux et valorisation

Plusieurs actions de diffusion et de valorisation sont prévues dès 2022. Deux présentations ont été acceptées dans le cadre de conférences internationales (E-MRS et inArt) se tenant en juin 2022. En parallèle, deux articles dans des revues scientifiques sont d’ores et déjà en cours de préparation.

Les données obtenues s’intègrent dans un projet plus vaste, franco-allemand, d’étude des décors architecturaux du Moyen-Orient depuis le XIVe s. avant J.-C. jusqu’à la période perse.

Par ailleurs, les résultats pourront être valorisés dans le cadre d’expositions temporaires ou d’expositions-dossiers consacrées à ces décors très bien représentées dans les collections du Louvre, mais également des musées de Berlin, du British Museum ou de l’Oriental Institute à Chicago.

Nos membres

Actualités

Savez-vous que votre navigateur est obsolète ?

Pour naviguer de la manière la plus satisfaisante sur notre site Web, nous vous recommandons de procéder à une mise à jour de votre navigateur. Mettre à jour mon navigateur

×