Sélection 2017

ADéMAT 2

Doctorant :
Manon Castelle
Partenaires internes FSP :
Philippe Dillmann et Enrique Vega (LAPA, CEA/CNRS)

Hélène Veillard, Pierre Chastang et Etienne Anheim (UVSQ)

Clément Blanc (Archives Nationales)
Partenaire externe FSP :
Ambre Vilain (Université de Nantes)
Site dédié au projet
https://fsp.hypotheses.org/505
Les matrices de sceaux, à la fois images et outils, constituent un immense corpus d’orfèvrerie médiévale, longtemps demeuré peu exploré.
Les connaissances portant sur les matrices de sceaux de la période médiévale sont longtemps restées lacunaires. Ces objets n’avaient en effet encore jamais été analysés ni même étudiés d’un point de vue archéométrique. À la suite du projet Adémat 1, qui a permis la mise en place d’un outil de description des collections françaises, et la constitution d’une base de données, le projet Adémat 2 s’est donc donné pour objectif de documenter les pratiques techniques liées à la production de ces objets uniques. Pour ce faire, une stratégie d’étude systématique des matrices de sceaux a été mise en place, afin d’en révéler la chaîne opératoire de fabrication. Cette approche comprend l’identification des procédés de mise en forme, la caractérisation des techniques de gravure et la caractérisation in situ (XRF portable) de la composition des alliages employés pour leur fabrication. Ce dernier aspect a nécessité des développements méthodologiques importants pour permettre de proposer des données robustes, acquises directement sur les objets, et ce de manière totalement non-invasive.
Des choix et des gestes techniques ont ainsi pu être révélés, mettant en lumière une évolution chronologique des pratiques de gravures, permettant d’identifier le panel d’alliages employés pour réaliser ces matrices et offrant un nouveau regard sur l’organisation des ateliers de production.

Intérêts sociétaux et valorisation

Les matrices de sceaux médiévales constituent un ensemble peu connu des chercheurs et du grand public. Le projet Adémat 2, dans la continuité du premier volet de ce même projet, a permis d’actualiser la recherche dans ce domaine, et de promouvoir la grande richesse des collections étudiées. Cette démarche s’est soldée par la tenue d’une journée d’étude qui a permis de mettre en regard différentes approches réunies autour de la question du décor et de la gravure dans les ateliers de métallurgies médiévales.

Outre la documentation des pratiques associées à la production de matrices de sceaux, les données recueillies permettent donc également d’enrichir les connaissances sur les productions métallurgiques médiévales, qui restent malheureusement encore peu documentées.

Nos membres

Actualités

Savez-vous que votre navigateur est obsolète ?

Pour naviguer de la manière la plus satisfaisante sur notre site Web, nous vous recommandons de procéder à une mise à jour de votre navigateur. Mettre à jour mon navigateur

×