Sélection 2017

Approche géomatique des dynamiques d’ornementation des grottes de Chauvet et Marsoulas au gré de leur évolution conservatoire (AGDOG).

Doctorant :
Laura Louman
Partenaires internes FSP :
Didier Desponds (Université de Cergy-Pontoise)

Stéphanie Touron (Laboratoire de recherches des Monuments Historiques)

Isabella Damiani (Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines).
Partenaires externes FSP :
Carole Fritz (Centre de Recherche et d'Etudes pour l'Art Préhistorique Emile Cartailhac, MSHS-TRACES)

Geneviève Pinçon (Centre National de Préhistoire – Ministère de la Culture).
Le projet porte sur les dynamiques d’ornementation présentes sur les parois des grottes ornées du Paléolithique supérieur. Il vise à étudier l’organisation spatiale de l’art pariétal à travers une approche multi-scalaire.
Très tôt, l’organisation interne des grottes ornées du Paléolithique a suscité l’intérêt des préhistoriens. Ils se sont essentiellement intéressés aux associations entre entités graphiques et leur localisation dans l’espace orné. Aujourd’hui le perfectionnement des techniques de relevés et le développement d’outils adaptés à l’étude de l’espace, les systèmes d’information géographique (SIG) invitent à réexplorer ces questionnements.
L’objectif est d’élaborer un modèle SIG adapté à la verticalité de parois et aux particularismes des manifestations graphiques en utilisant les données collectées par les archéologues. La mise en place du SIG questionnera non seulement les interactions spatiales existantes entre les entités graphiques mais cherchera aussi à mettre en évidence les relations entretenues avec les autres agents présents sur la paroi (fauniques, taphonomiques…). La modélisation de l’ensemble de ces agents permettra de contextualiser la présence de l’art pariétal sur la paroi et d’en restituer les différents états de conservation.
L’étude portera sur trois grottes ornées paléolithiques, la grotte de Marsoulas (Haute-Garonne), la grotte de Lascaux (Dordogne) ainsi que la grotte Chauvet (Ardèche) où des modèles spatiaux basés sur la chorématique pourront être proposés. Grâce à une approche multi-scalaire, l’organisation interne pourra être discutée, de l’entité graphique aux panneaux jusqu’à leur intégration dans la topographie générale.

Intérêts sociétaux et valorisation

Le projet cherche à créer une méthode générique pour l’étude spatiale des parois ornées pour l’ensemble des grottes paléolithiques. Cette méthode pourra être, dans un second temps, envisagée à l’étude des sites d’art rupestre de plein air.

La démarche du projet est pluridisciplinaire, elle vise à répondre aux besoins des archéologues travaillant sur paroi ainsi qu’aux équipes de conservation. L’intégration des relevés de parois au sein des SIG cherchera à revaloriser une documentation ancienne dans une forme pérenne.

Ce sujet fait écho à un projet de plus grande envergure mené par le Centre National de Préhistoire portant sur l’élaboration d’un modèle générique de SIG pouvant être repris pour chaque grotte ornée paléolithique afin de permettre, à terme, une analyse à l’échelle nationale des grottes ornées

Nos partenaires

Actualités

Savez-vous que votre navigateur est obsolète ?

Pour naviguer de la manière la plus satisfaisante sur notre site Web, nous vous recommandons de procéder à une mise à jour de votre navigateur. Mettre à jour mon navigateur

×