Sélection 2016

Biodétérioration du bois dans les bâtiments historiques : biodiversité microbienne et évaluation in vitro de traitements alternatifs

Doctorant :
Rony Barboux
Partenaires :

Laboratoire ERRMECe : Equipe de Recherche sur les Relations Matrice Extracellulaire-Cellule

LRMH

La contamination liée aux champignons est un problème majeur de conservation des œuvres d’art et des monuments historiques. La préservation du patrimoine en bois nécessite la mise en œuvre d’outils analytiques de caractérisation des agents biologiques biodétériorateurs. Les travaux de thèse consistent en l’utilisation de techniques de Microbiologie (cultures, microscopie), de Biologie Moléculaire (analyses génomiques) et de chimie analytique (spectroscopie infrarouge, analyse des composés organiques volatiles) pour caractériser les champignons biodétériorateurs du bois. Cette approche est appliquée à différents sites historiques sur le territoire français. Les résultats obtenus sont mis à disposition des gestionnaires des sites afin d’améliorer leur prise en charge. Un protocole d’identification des microorganismes basé sur l’analyse mathématique des spectres infrarouges de la biomasse est en cours de développement. Les premiers résultats ont été présentés aux journées scientifiques du GDR bois à Nantes et au colloque international “Technoheritage“ à Cadix en 2017. L’étude des interactions entre différents champignons associés à la biodétérioration du bois et entre certaines espèces bactériennes et des champignons lignivores a révélé des antagonismes qui peuvent être mis à profit dans une perspective de biocontrôle des agents nuisibles. Une recherche bibliographique d’agents naturels aux propriétés antifongiques pouvant être utilisés pour le traitement des contaminations fongiques est en cours. Cette étude mènera au choix de molécules et de composés à tester in vitro dans un premier temps.
Le projet de recherche comporte deux volets : la mise en œuvre d’outils pluridisciplinaires de caractérisation des agents fongiques impliqués dans la détérioration du bois et le développement de traitements innovants respectueux des œuvres et de l’environnement.

Intérêts sociétaux et valorisation

Les outils analytiques de caractérisation des agents fongiques biodétériorateurs du bois sont évalués in situ en conditions réelles grâce aux techniques d’analyses traditionnelles. En parallèle, nous tentons de développer des protocoles nouveaux d ‘analyse qui pourront être proposés aux conservateurs et aux restaurateurs du patrimoine dans leur pratique professionnelle.

De nouveaux protocoles de traitements sont également évalués in vitro. Si les résultats sont concluants, ils pourront, à l’issue de la thèse, être évalués in situ et permettront encore une fois aux conservateurs et restaurateurs du patrimoine d’élargir le panel d’outils mis à leurs dispositions face à une contamination due à un champignon lignivore.

Nos partenaires

Actualités

Savez-vous que votre navigateur est obsolète ?

Pour naviguer de la manière la plus satisfaisante sur notre site Web, nous vous recommandons de procéder à une mise à jour de votre navigateur. Mettre à jour mon navigateur

×