Sélection 2020

Débris, vestiges et reliques. Les décombres de Notre-Dame de Paris, entre matérialités et sacralités. EMOBI

PostDoctorant :
Gaspard Salatko
Partenaires internes FSP :
Institut National du Patrimoine : Christian Hottin

Ecole du Louvre et Université de Cergy-Paris, à partir de janvier 2021) : Claudie Voisenat

Archives nationales : Yann Potin

Institut des sciences sociales du politiques (ISP) : Vincent Négri
Partenaires externes FSP :
Centre de recherche Histoire culturelle et sociale des arts (HiCSA) de l’université Paris 1 : Nathalie Cerezales

Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC) :  Jean-Christophe Monferran
Le projet s’inscrit dans le groupe de travail Émotions/Mobilisations du chantier scientifique de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il interroge les statuts et traitements accordés aux débris de la charpente et des voûtes effondrées.
Le projet Débris, vestiges et reliques. (Les décombres de Notre-Dame de Paris, entre matérialités et sacralités) s’adosse à un dialogue pluridisciplinaire innovant entre historiens, juristes et anthropologues.
Il s’agit d’interroger les statuts et traitements accordés aux débris de la charpente et des voûtes effondrées, en les comparant à la trajectoire d’autres éléments dont le sens a été modifié par la catastrophe : objets « martyrs » (tel le coq reliquaire porteur des traces de sa chute) ; objets « miraculés » (comme la Vierge du pilier ou la croix de Marc Couturier) ; trésor et reliques historiques de la cathédrale qui ont pu être évacués la nuit du drame. Une attention particulière est accordée aux corpus des témoignages, lettres, messages que les affectataires de la cathédrale ont reçus après l’incendie et qui permettent documenter l’instauration des débris en tant que reliques pour soi.
L’observation ethnographique des destins des débris et de leurs resémantisations, entre vestige et relique, ouvrent des questionnements renouvelés sur les rapports entre pratiques cultuelles et culturelles, sur les transferts de sacralité, sur les traitements des restes et sur les liens entre science et religion. Autant de perspectives de recherche qui font de l’analyse des décombres de Notre-Dame de Paris une entrée originale pour rendre compte des relations contrastées et des attachements complexes qui lient le monument à l’ensemble de ses publics

Intérêts sociétaux et valorisation

À l’échelle du groupe de travail Émotions/Mobilisations du chantier scientifique de la cathédrale Notre-Dame de Paris, la dynamique créée par cette recherche débouchera sur :

– trois journées d’étude (printemps 2021, automne 2021 et printemps 2022) qui seront publiées sous forme numérique ;

– une série de brèves monographies conduites dans le cadre du chantier-école, en partenariat avec l’Institut National du Patrimoine, l’École du Louvre et l’Université de Paris-Cergy ;

– une monographie décrivant les résultats de la recherche ;

– une publication collective, pluridisciplinaire, regroupant les contributions des partenaires du programme.

Le projet EMOBI a été présenté lors du colloque Chantier Scientifique Notre-Dame de Paris, coordonné par Philippe Dillmann, Aline Magnien, Pascal Liévaux et Martine Regert, CNRS – Ministère de la Culture, les 19 et 20 octobre 2020.

Nos membres

Actualités

Savez-vous que votre navigateur est obsolète ?

Pour naviguer de la manière la plus satisfaisante sur notre site Web, nous vous recommandons de procéder à une mise à jour de votre navigateur. Mettre à jour mon navigateur

×