Sélection 2012

Les sculptures en albâtre en France du XIVe au XVIe siècle (Albâtre)

Porteurs du projet :
Pierre-Yves Le Pogam (Musée du Louvre)

Lise Leroux (LRHM)

Etienne Anheim (EHESS)

Wolfram Klopmann (BRGM)
Bourse de master :

Estelle Saint-Omer

Partenaires internes FSP :
Musée du Louvre

Laboratoire de Restauration des Monuments Historiques

UVSQ (DYPAC)

CICRP
Partenaires externes FSP :
Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRG)

Musée du Petit Palais (Avignon)

Sorbonne Université

CMS Bureau Francis Lefebvre
Ce projet de recherche propose une étude interdisciplinaire d’un matériau, l’albâtre, dans le contexte de la sculpture française de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.
Le point de départ du projet est la mise au point d’une nouvelle méthode d’analyse géologique et chimique de l’albâtre, reposant sur la caractérisation isotopique. Une soixantaine de prélèvements sur des œuvres et dans des carrières a permis de proposer une nouvelle cartographie de la production et de l’usage de l’albâtre en France entre le XIVe et le XVIe siècle. Cette démarche a mis en évidence le rôle-clé de la carrière de Notre-Dame de Mésage, à côté de Vizille, en Isère, dans l’approvisionnement de l’espace français. La confrontation de ces données aux documents d’archives et à l’étude stylistique des œuvres a conduit l’équipe à élaborer une reconstruction d’ensemble de l’utilisation de l’albâtre, de la carrière jusqu’au monument en passant par les circuits d’acheminement du matériau et le travail de l’atelier. Cette reconstruction éclaire un phénomène qui était resté dans l’ombre. Au XIVe siècle, à l’époque de la mode des albâtres anglais, une importante production de sculptures en albâtre débute dans le royaume de France, alimentée par la carrière de Notre-Dame de Mésage et par les commandes de la famille royale, des princes de Savoie, du Dauphiné ou de Bourgogne, et des papes et cardinaux d’Avignon. A cette phase qui va du milieu du XIVe au milieu du XVe siècle succède une autre, marquée par la poursuite de l’exploitation de cette carrière à destination de l’aristocratie française, jusqu’à la fin du XVIe siècle.

Intérêts sociétaux et valorisation

Le projet a fait l’objet d’un colloque, disponible en ligne, ainsi que d’une série de publications scientifiques dans des revues internationales, tant en histoire de l’art qu’en physico-chimie. Des opérations de diffusion scientifique vers un public plus large sont également en cours (participation à un livre grand public sur l’abbaye Saint-Antoine en Viennois, présentations publiques du projet, etc.).

D’autres développements sont à l’étude, en particulier une exposition, ainsi que de nouvelles collaborations internationales pour la poursuite du projet.

Nos membres

Actualités

Savez-vous que votre navigateur est obsolète ?

Pour naviguer de la manière la plus satisfaisante sur notre site Web, nous vous recommandons de procéder à une mise à jour de votre navigateur. Mettre à jour mon navigateur

×